Accueil Chaînes Historique Mes abonnements
#humour#auteur#musique#gaming#stream#podcast#critique#electro#philosophe#musculation
Fréderic Delavier
Fréderic Delavier

Comportements cathartiques peurs sans risques et voyeurisme de la souffrance

Publié le 12/09/2017 à 06h02 Signaler cette vidéo
Les hommes si évolués et civilisés soient ils, bien que fuyant viscéralement la souffrance, ont le plus souvent une addiction pour la recherche de la peur et le voyeurisme de la souffrance des autres.
Toute une industrie cinématographique occidentale c'est d'ailleurs bâtie autour de cette addiction , et les films d'horreur ou des adolescents innocents et insouciants se font tuer de façons atroce par des dingues ou des monstres, permet à cette industrie de récupérer beaucoup d'argent sur ces comportement .
De même les informations diffuser par les médias audiovisuels ou les vidéos des chaînes internet ont souvent moins comme fonction d'instruire sur l'actualité pour mieux réagir à l’environnement, que de répondre à ce besoins de voyeurisme de la souffrance des autres.
Si étrange et malsains que puissent paraître ces comportements, si ils se sont conservés dans nos sociétés humains c'est qu'ils doivent obligatoirement avoir une fonction positive, la question est la quelle?
C'est en observant la nature et le règne animal, comme les scènes de chasse dans la savane africaine, qu'on peut comprendre cette addiction étrange des hommes au voyeurisme du danger et de la souffrance des autres.
En savane lorsque qu'un prédateur en recherche de proies apparait , les gazelles détectant le danger par leurs sens génèrent immédiatement des hormones particulièrement efficace pour augmenter leurs vitesses de réactions et leurs capacités physiques afin de fuir le plus vite et efficacement possible.
La plus connue de ces substance est l'adrénaline qui est une hormone et un neurotransmetteur secrété en état de stress, et dont les effets sont une accélération du rythme cardiaque , une augmentation de la puissance de contraction du cœur entraînant une hausse de la pression artérielle , une dilatations des bronches, une vasoconstriction des vaisseaux viscéraux , et une dilatation des pupilles, tout ces effets ayant comme but d'optimiser la vitesse et la capacité de réactions , en oxygénant mieux le sang et en irriguant mieux de ce sang les muscles et le cerveau pour réagir plus vite et plus puissamment afin de survivre au danger .
Boostées par des sécrétions massives d'adrénaline les gazelles peuvent optimiser leurs capacités de fuite, et continueraient à fuir jusque à la mort si le prédateur n'arrêtait pas sa chasse.
Comme toute chasse se termine toujours, soit par l'échec du prédateur dans sa quête, soit par sa tentative réussie et la saisie et la mise à mort d'une proie, l'arrêt de la chasse devient l'indicateur pour les proies de cesser leur fuite épuisante.
C'est ainsi que pour les gazelles la mise mort d'une de leur congénère signifie l'arrêt brutale de la situation de stresse et du même coup l'arrêt des sécrétions des neurotransmetteurs et des hormones boostant l'organisme pour la fuite qui sécrétés trop longtemps auraient pu dégrader gravement les vaisseaux les organes internes et les muscles.
Une de leur congénère morte, les gazelles peuvent enfin récupérer de leur stress et de leur fuite traumatisante, et c'est la qu'en réaction leur organisme se met à sécréter des calmants et des relaxants, nommés endorphines, dont les effets peuvent rappeler celui de l'opium.
Ces substances ont une capacité analgésique tout en procurant une sensation de bien être, favorisant la récupération.
C'est curieusement l'effet de ces substances sécrétées après un stress que les hommes recherchent en allant au cinéma voir des films d’horreur, en suivant des séries télés terrifiantes ou en suivant avec un voyeurisme obsessionnel les informations, c'est donc l'effet de ces substances que les hommes recherchent inconsciemment dans leur recherche inavouée et leur voyeurisme de la souffrance.
Et quant un jeune couple va au cinéma se faire peur en regardant un filme d’horreur, c'est une façon de profiter sans danger d'un stress léger pour dans une peur sans risque profiter à font des effets des endorphines post stress qui génèrent un sentiment de bien être de sécurité et d’euphorie.
Aimer rechercher un stress sans risque, comme dans les attraction des fête foraines ou aller au cinéma trembler et se délecter dans un film d'horreur de la souffrance des autres, ne résulte en vérité que d'une recherche addictive permettant de jouir des substances relaxantes, des drogues sécrétés par notre organisme, pour permettre à celui ci de récupérer après avoir réellement échappé dans l'action a un danger. #philosophe #musculation #auteur

#philosophe

#musculation

#auteur

Solid.Tube Selection

Les meilleurs vidéos du web

Nouveautés